Fait de tôle lithographiée (fer blanc), ils sont apparus en France vers 1924 (ceux en cuivre sont plus anciens fin 19ème - tout début 20ème) et ont disparu au début des années 1970 remplacés par les aérosols.

 

Les pulvérisateurs d’insecticide à pompe sont souvent appelés Fly-Tox (en France) ou Flit dans d’autres pays, ce qui correspond, en réalité, à des noms de marques. A une époque, chaque foyer, ou presque, avait un Fly-Tox.

 

Ils étaient tellement répandus que le mot fly-toxer figure dans le dictionnaire :

flytoxer \fli.tɔk.se\ transitif 1er groupe (conjugaison) - (Néologisme) Pulvériser un insecticide, par extension, détruire les nuisibles, désinfecter.

 

Jusque dans les années 40, ils étaient remplis d’extraits de pyrèthre, une plante originaire du Caucase et de Dalmatie, mis en dilution dans un composé à base d’huile minérale, dérivé du pétrole, ou de glycol. A partir de 1942, ils furent remplis de DDT. Les Fly-Tox sont associés à ce produit toxique dont la dénonciation a marqué le début de l’écologie.

 

Il y avait des Fly-Tox dans de nombreux pays. Cet objet du quotidien avait un design et un graphisme exceptionnels qui le conduisent aujourd'hui à exister en tant qu'objet de collection.

Ils restent des véritables témoins de leur temps. D'ailleurs il y en a dans de nombreux musées. Ils sont au croisement de quatre histoires :

  • celle du combat contre les maladies, la diffusion du DDT permettant d'éradiquer le paludisme (même si inversement, le DDT créait également des séquelles),

  • celle du rapport de l'homme à la nature qu'il s'agissait d'exterminer et non de respecter (la notion de respect des écosystèmes était inexistante jusqu'à récemment)

  • celles des objets du quotidiens présents dans de nombreux pays

  • celle de l’histoire du graphisme publicitaire

Voilà autant de raisons pour collectionner les Fly-Tox.

Made of lithographed sheet metal (tinplate), they appeared in around 1924 (those in copper are older late 19th - early 20th) and disappeared in 1970 replaced by aerosols.

Often called Fly-Tox (in France) or Flit in other countries, it was actually a brand that, in common parlance, referred hand (pump) bug sprayer (fly sprayer). Almost every household, had a fly-tox. They were so widespread that the word fly-toxer is included in the french dictionary: flytoxer \ fli.tɔk.se \ transitive 1st group (conjugation) - (Neologism) Spray an insecticide, by extension, destroy the pests, disinfect.

 

Until the 1940s, they were filled with extracts of pyrethrum, a plant native to the Caucasus and Dalmatia, diluted in a compound based on mineral oil, derived from petroleum, or glycol. From 1942, they were filled with DDT. Bug sprayers are associated with this toxic product whose denunciation marked the beginning of the ecology.  

 

There were Insect sprayers in many countries. This everyday object had an outstanding design and graphics that now lead it to exist as a collectible object.

 

They remain true witnesses of their time. They are at the crossroads of four stories:

  • the fight against diseases, the spread of DDT to eradicate malaria (even if, conversely, DDT also created sequelae),

  • that of the relationship of man to nature that was to exterminate and not to respect (the concept of respect for ecosystems was nonexistent until recently)

  • those of daily newspapers present in many countries

  • That of the history of advertising graphics

 

Here are so many reasons to collect fly sprayer !

© 2018 - 2020 by Odi-Tox  : Pulvérisateurs anciens d'insecticide FLY-TOX, FLIT... / Insecticide sprayer / insect / fly sprayers / 殺虫剤噴霧器 / Antiguo fumigador / Insetticida / Insecticida / Flitspuit